jeudi 5 mai 2011

Le bunker

Dortoir interdit, de Serge Brussolo, aux éditions Presses Pocket.


Michelle Katz est une jeune femme ayant passé son enfance dans les Alpes entre une mère française, artiste volage et alcoolique et un père américain, ex-terroriste et absent, tellement absent qu'un jour il disparaît carrément.
Adulte, "Mickie" décide d'aller vivre aux États-Unis dans le but semi-avoué de trouver des informations sur son père.
Elle y est décoratrice d'intérieur. Après moult embûches, que l'on découvre au fil du livre, elle est engagée par l'Agence 13, spécialisée dans la décoration et la réhabilitation (la revalorisation en somme) de villas, maisons et autres appartements ayant connu un destin tragique en leur sein (meurtres, suicides, etc.)
Un client richissime, Tobey Zufrau-Clarkson, mais très obsédé par la Guerre de Sécession, veut qu'elle s'occupe de redécorer un immense bunker, destiné, durant la Guerre froide, à abriter des personnes lors d'une éventuelle attaque nucléaire. Il pense que l'apocalypse surviendra bientôt, et veut pouvoir y abriter sa famille et ses soldats (oui il entraîne des soldats) pour près de 60 ans (le temps que les radiations ne soient plus dangereuses), sans que l'atmosphère ne leur pèse.
Dans ce bunker eut lieu, 50 ans plus tôt, un gigantesque massacre lors d'une expérience militaire : des personnes avaient été enfermées pour 2 semaines, mais au bout d'une seule, se sont toutes entretuées, voire même dévorées...

La famille du milliardaire est toquée aussi. Durant son aventure, Mickie se liera presque d'amitié avec Evita, une médium, et Sarah Jane, une des 5 filles Zufrau-Clarkson.

Pris dans son ensemble, c'est à dire après l'avoir lu en entier, ce livre est très bien : bien ficelé, bien pensé.
Mais à la lecture même, on a parfois l'impression de quelques longueurs, qui se justifient pour la mise en place du suspens et des rebondissements.
J'ai été un peu sortie de l'intrigue à cause d'une histoire de scandale et de prison que l'on aborde au début comme s'il s'agissait de l'histoire d'un livre précédent, et que l'on explique qu'à un moment, vite fait, en une seule page. Dommage.
Ce livre est d'ailleurs le 1er d'une série qui en compte pour l'instant 2, la saga de "L'Agence 13, les paradis inhabitables".

Si le style est sans prétention, c'est pour que le lecteur s'imprègne de la narratrice ; elle, ou plutôt l'auteur, le précise au tout début "N'étant pas écrivain, j'ai raconté l'aventure qui suit avec mes propres mots", pourtant Serge Brussolo est un écrivain assez reconnu :)

6 commentaires:

  1. Ma foi, ça a l'air de mélanger un peu tous les genres, ce qui n'est pas sans intérêt: surnaturel, S.F., psychologie... Brussolo n'aime pas être enfermé dans des cases. Je n'ai pas lu le livre, mais à mon avis l'idée de "non-prétention" littéraire entre précisément dans une démarche littéraire qui cherche un impact précis (?). Parce que ça a l'air quand même bien flippant comme histoire !

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui je ne connais pas ce livre mais c'est un malin Brussolo, qui écrit depuis longtemps, alors le coup du je ne suis pas écrivain :) il a du s'amuser! Bonne journée MAD !

    RépondreSupprimer
  3. Erick & le Chant : c'est en tout cas très efficace, le récit est en plus spontané ;)

    Mab : Ça peut toujours changer :)

    RépondreSupprimer
  4. j'aime Brussolo, je vais tenter cette série !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas encore lu le deuxième, mais ça se fera un jour ;)

    RépondreSupprimer