mardi 24 janvier 2012

Mystère Poe

Du 1er au 20 février prochains sera représentée la pièce "Mystère Poe" au théâtre L'Atalante, à Paris.
Créée en 2002, cette pièce avait déjà été jouée depuis plusieurs années dans d'autres petits théâtre en France.



Adaptée et mise en scène de Paul Golub, avec Marc Jeancourt et Rainer Sievert, cette pièce a été écrite "d'après la vie et l’œuvre d'Edgar Poe".

Photo : Christophe Reynaud Delage
Bande Son : Peter Chase
Accessoires et costumes : Emmanuelle Trazic

Je laisse ici parler ceux qui l'ont vue :
"Paul Golub donne malicieusement à entendre les voix multiples d'Edgar Allan Poe : le poète, l'auteur de nouvelles, mais aussi le jeune homme criant son désarroi à un père adoptif apparemment sourd à ses requêtes. Poe, l'expert en dédoublements, est là tantôt traqué tantôt incarné par deux comédiens jumeaux. Ils partent enquêter, comme en voyage, dans l'univers et la personnalité du poète, dont le mystère demeure (heureusement pour ses lecteurs fascinés) tout entier. D'écrits de fiction en souvenirs plus ou moins bricolés, le maître du suspense brouille les pistes.
Les mots sont de Poe lui-même, de Baudelaire son illustre traducteur et de Paul Golub son attentif admirateur. L'intelligence aiguë, la force vertigineuse des constructions mentales, le sens de la chute apparaissent comme une manière de tenir en respect ses propres démons. Le regard sur soi, la distance du double sont aussi porteurs d'une dérision, d'un humour, qui peut aller jusqu'au pied de nez (pourrait-on dire ...). Poe devenu personnage de son propre texte nous apparaît opaque et attachant, tel qu'en lui-même enfin ! On pense à tous les successeurs du poète : Baudelaire, Mallarmé, Verne, Dostoïevski, Borges, Nabokov... Maurice Ravel, qui avait fait siens les préceptes de Poe pour la composition de ses œuvres, est lui-même convoqué. Étrangement, dans cet univers sombre et baroque, plane aussi le fantôme ironique d'Hamlet : dans les deux compagnons fidèles qui finissent par s'identifier au héros, dans le rapport difficile au père absent ou à l'Ophélie trop tôt disparue, in a kingdom by the sea, la belle Annabel Lee.
"

"Mystère Poe est un spectacle pour petits théâtres, appartements, et autres lieux intimes et insolites ; c'est-à-dire, né du désir de partager avec le public une certaine forme d’intimité qu'on ne trouve pas, ou peu, ou autrement, au théâtre aujourd'hui. C'est l'intimité du conteur qui, parmi les siens, partage le mystère des choses anciennes et inexpliquées. Aucune fosse ne séparera les deux comédiens de leur public. Ils seront en prise directe avec les spectateurs et, ensemble, ils respireront le même air, voguant au grand large de l'imaginaire. Les comédiens interpréteront tour à tour les paroles et les événements de la vie du grand auteur américain Edgar Allan Poe. Poète maudit, nouvelliste sans pareil, inventeur du conte policier, père spirituel d'innombrables artistes, dont Baudelaire, Mallarmé, Jules Verne, Dostoïevski et Hitchcock, pour ne citer que quelques-uns, Edgar Allan Poe continue à nous parler 150 ans après sa mort. Sa voix hallucinée, sa tendresse inattendue, sa rigueur d'artiste insoumis, son humour corrosif, ainsi que sa vie brève et tragique sont autant d'éléments d'un puzzle sans fin que nos deux comédiens entreprendront de reconstituer, dans un rituel qui s'appelle le théâtre. Mystères Poe. Mystère Poe. Mister Poe. Paul Golub

Un décor tout simple planté comme un ring de boxe : un tapis persan bleu et, à cheval sur le tapis et le sol, une écritoire et une chaise anciennes. Autour du tapis, une bordure de candélabres donnent l'essentiel de l'éclairage. Les deux comédiens, en costumes contemporains, entrent et commencent à parler, avec une certaine timidité, de Edgar Poe, de son œuvre, de sa vie. Peu à peu, presque malgré eux, ils sont entraînés à incarner une première nouvelle : William Wilson, chef-d'œuvre de la littérature mondiale, une folle histoire d'un homme poursuivi par son double. Les textes – extraits des écrits autobiographiques de Poe, de ses lettres, de ses théories littéraires, ses poèmes, ses nouvelles – se succèdent dans un tourbillon de mots et de situations. Une certaine image de Poe se dessine à travers ce tourbillon, image qui trouve son reflet dans l'incarnation grandissante des comédiens qui, des personnages contemporains du début, se muent, costumes et perruques, en deux versions de Poe. Chacun dans la peau de Edgar Allan Poe. Dédoublés, les deux Poe se croisent, se complètent, se confrontent. À la fin, enlevant leurs perruques, leurs moustaches, ils se trouvent face à face : l'incarnation du comédien ne peut être que partielle et perdurent les mots et le mystère de l'autre, du grand homme.
"

Adresse :
10 place Charles Dullin
75018 PARIS FRANCE

- Tarif normal : 22,00 €
- Tarif réduit (séniors, habitants des 18ème et 9ème arrondissements) : 16,80 €
- Tarif réduit 2 (étudiants, moins de 26 ans, intermittents du spectacle, demandeurs d'emploi) : 13,80 €
Un justificatif sera demandé à l'entrée du théâtre.

Placement libre.


Sources : Billetterie Auchan, Billet Réduc, Volcan Bleu, Ticketnet.fr.

8 commentaires:

  1. Hihi, non, malheureusement.
    Je vais à Paris rarement :
    - j'ai horreur d'y conduire
    - c'est trop pollué
    - ça me stresse.

    Mais pour Poe, je ferai peut-être une exception ;)

    RépondreSupprimer
  2. ça y est je suis allée voir dimanche J.edgar Hoover où j'ai apprécié et j'ai appris qu'il était bien une jaquette!!!
    ça fait longtemps que je ne suis pas allée au théâtre

    RépondreSupprimer
  3. On voulait le voir aussi mais la semaine dernière, lendemain de sortie, on s'est dit qu'il y aurait trop de monde et cette semaine, le jeudi, il passe un peu trop tôt pour nous... On verra bien ;)

    RépondreSupprimer
  4. GRRRRR JE RAAAALE! non pas sur le voisin car l'agent de quartier est passé cet aprem , le chainon manquant a fait samblant de pas étre là mais depuis il marche sur la pointe des pieds ... non je rale car vraiment ici en Belgique Bruxelles capitale de l'Europe ( de merde) il n'y a rien sur Poe!!! pas d'expo , pas de pièce ! rien ..neant, nada , rien ... et rien c'est vraiment pas grand chose ...pfff

    RépondreSupprimer
  5. Alors à toi l'honneur de faire une expo belge sur Poe !
    Magritte était pourtant très inspiré par Poe...

    RépondreSupprimer
  6. Il a pas de Pot d'être mort avant que tu sois née, vu la pub que tu lui fait!:)

    RépondreSupprimer
  7. C'est clair ! J'aurais peut-être même inventé Internet exprès :p

    RépondreSupprimer