mercredi 15 février 2012

La mort dans la peau

Le Livre de Johannes, de Jørgen Brekke, aux éditions Balland... Thriller qui se passe à la fois aux USA (à Richmond, Virginie) et en Norvège, à Trondheim de nos jours... mais aussi, au XVIème siècle en Norvège et en Italie.

Dans le musée Edgar Poe à Richmond, un homme est retrouvé décapité et écorché. La police, dont Felicia Stone qui est chargée de l'enquête, se demande s'ils sont face à un futur tueur en série ou bien à un crime hors du commun. L'enquête patauge un peu, mais Felicia, s'acharne et découvre qu'un meurtre similaire a eu lieu en Norvège. Effectivement, à la bibliothèque Gunnerus de Trondheim, une bibliothécaire a été décapitée, écorchée et dégraissée... Du côté norvégien, c'est Odd Singsaker, récemment opéré d'une tumeur cérébrale, qui enquête sur l'affaire ; il a un suspect, déjà suspecté quelques années auparavant de la disparition de sa femme et de son fils...
Odd rencontre pas mal de monde et se pose des questions sur chacun, malgré ses problèmes de mémoire dus à l'opération. Certains paraissent blanc comme neige, d'autres ont un comportement étrange, et l'enquête semble partir dans plusieurs direction.
Lorsque Felicia entre en contact avec lui, ils sentent qu'ils vont se trouver sur la bonne piste très bientôt... mais quand ?

Très bon thriller du genre MacGuffin (je ne vous en dis pas plus à ce sujet ; j'en reparlerai d'ailleurs pour le prochain livre ;)) où intrigue policière et histoire sont réunies, en effet, le roman est entrecoupé de ces récits du XVIème siècles, qui racontent en quelque sorte l'histoire du fameux Livre de Johannes, qui est au centre de toutes les attentions... bien qu'enfermé dans le coffre de la bibliothèque.
J'avais du mal à le lâcher et fus un peu triste qu'il se finisse. Seul bémol, comme souvent, les coquilles, mots manquants et autres erreurs de concordance des temps, mais qui ne sont pas dus à l'auteur (pas tous en tout cas, mais je ne lis pas le norvégien, alors...)


2 commentaires:

  1. ha , ça fait un moment que j'ai pas acheté de livres ...au contraire j'en ai mis 4 caisses dehors surtout des romans en livre de poche ...
    mais un bon thriller je dirais pas non!
    bisous ...en poésie ... toujours sans image ... poète belge :)))


    Max ELSKAMP (1862-1931)

    La vie

    Et lors la sixième est aveugle
    Comme un pinson tout à chanter,
    Et la sixième, elle, est aveugle
    Car voici qu'on est à aimer,

    Et que des mets sont sur des tables,
    Et que du vin coule de nuit,
    A bougies brûlant sur des tables
    Où sont des fleurs avec des fruits.

    Or gestes alors qui se pressent,
    Vins bus, paroles échangées,
    Lèvres tendues, yeux qui se baissent,
    Chair ici qui jette les dés.

    C'est temps allé qui se dérobe,
    Et la tête de Jean coupée
    Qu'emporte saignante en sa robe
    Une fois de plus Salomé,

    Car la sixième, elle, est aveugle,
    Comme un pinson tout à chanter,
    Car la sixième, elle, est aveugle,
    Et puis voici qu'on a aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce poème, on dirait un message secret...

      Supprimer