mercredi 18 avril 2012

From Poe’s Quill

Du 26 avril au 11 juillet 2012 se tiendra l'exposition "From Poe’s Quill: The Letters and Manuscripts of Edgar Allan Poe" (De la plume de Poe : les lettres et manuscrits d'Edgar Allan Poe) au Poe Museum de Richmond (90 ans cette année).

Lettre à John Bisco
"The Spirits of the Dead"
Les visiteurs auront la chance de voir les lettres et manuscrits de Poe (nouvelles, essais, poèmes, notes,...), provenant de collections publiques et privées. Certains documents n'avaient encore jamais été montrés au public, et d'autres ont été découverts assez récemment.

Un jour, moi aussi je ferai une exposition sur Edgar Poe !

Source : Poe Museum.

10 commentaires:

  1. il aurait pu écrire en français!:)

    RépondreSupprimer
  2. Oh bah non, ses poèmes et ses proses n'auraient pas été si beaux ;)

    RépondreSupprimer
  3. beau projet ! j'aime bien son écriture, je la trouve même un peu enfantine, je n'imaginais pas une telle écriture pour un tel personnage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il n'a pas une écriture tourmentée comme pourraient le laisser penser certains de ses contes ou les rumeurs qui courent encore sur lui ;)

      Supprimer
  4. Même réflexion sur l'écriture, belle et equilibrée, bizarre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas si bizarre quand on sait qu'Edgar Poe était quelqu'un de très méticuleux en matière de littérature :)

      Supprimer
  5. Ya pas à dire, à l'époque... on savait joliment écrire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui c'était quand même autre chose ;)

      Supprimer
  6. je lui ai toujours trouvé une écriture presque féminine , la signature aussi ....
    Passe une belle et douce soirée

    bisous

    et en poésie se soir :)))

    La Nuit (extraits)

    L'architecte du monde ordonna qu'à leur tour
    Le jour suivist la nuict, la nuict suivist le jour.
    La nuict peut temperer du jour la secheresse,
    Humecte nostre ciel et nos guerets engresse ;
    La nuict est celle-là qui de ses ailes sombres
    Sur le monde muet fait avecques les ombres
    Desgouter le silence, et couler dans les os
    Des recreus animaux un sommeilleux repos.
    Ô douce Nuict, sans toy, sans toy l'humaine vie
    Ne seroit qu'un enfer, où le chagrin, l'envie,
    La peine, l'avarice et cent façons de morts
    Sans fin bourrelleroyent et nos murs et nos corps.
    Ô Nuict, tu vas ostant le masque et la faintise
    Dont sur l'humain théatre en vain on se desguise,
    Tandis que le jour luit : ô Nuict alme, par toy
    Sont faits du tout esgaux le bouvier et le Roy,
    Le pauvre et l'opulent, le Grec et le Barbare,
    Le juge et l'accusé, le sçavant et l'ignare,
    Le maistre et le valet, le difforme et le beau :
    Car, Nuict, tu couvres tout de ton obscur manteau (...)

    Guillaume du Bartas, La Première Sepmaine ou Création du monde (1578)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens en ce moment je lis un roman qui parle un peu du siècle précédent, autour de 1471 :)

      Supprimer