mercredi 16 mai 2012

Philosophie de la science

Et si le temps n'existait pas, de Carlo Rovelli, aux éditions Dunod, Quai des sciences, a un titre qui ne reflète pas trop la teneur du livre. Le sous-titre, lui ("Un peu de science subversive") est un peu plus évocateur.


Depuis quelques temps, je me pose pas mal de question sur la nature de l'espace temps, en fonction de la physique quantique et de la relativité générale... En voyant ce livre, je me suis dit que j'y trouverai peut-être des réponses.
Je me demande en effet si l'espace-temps n'est pas "simplement" engendré pas les effondrements de toutes les fonctions d'ondes... Ainsi, le temps n'existerait pas vraiment, l'espace non plus, ils seraient des résultats des effondrements des fonctions d'ondes (les particules sont aussi des ondes en physique quantique), une "éventualité probabiliste" en somme.
Bref... même s'il est un peu question du temps (qui n'existe pas) dans ce livre (en fait nous ne faisons que comparer des choses à d'autres : pulsation, oscillations, etc.), ce n'en est pas LE sujet principal.

L'auteur y fait une sorte de petite biographie : son parcours dans le monde scientifique, mais surtout il donne sa philosophie de la science, philosophie certes intéressantes et tentantes, mais peut-être encore trop utopique pour les humains que nous sommes, malheureusement.
L'auteur parle aussi beaucoup de la théorie qu'il a élaborée avec des collègues, la théorie des boucles--ou gravitation quantique à boucles--(assez différente tout de même que celle des cordes), où l'espace serait en fait granulaire (au sens quantique, c'est à dire discontinue).
Il souligne bien que sa théorie n'a pas été  vérifiée par l'expérience et qu'elle n'est donc, tout comme l'est la théorie des cordes, qu'une hypothèse.

Mais le gros de l'ouvrage reflète tout de même une certaine vision de la science, une philosophie de la science telle qu'elle devrait être, de part l'expérience personnelle de l'auteur-scientifique, mais aussi à travers l'histoire de la science.
Par exemple, au lieu d'enseigner des choses toutes faites aux enfants à l'école, nous ferions mieux de leur apprendre à critiquer (positivement ou négativement) de façon constructive ce qu'on leur propose, à douter, à se poser des question, se remettre toujours en question. L'auteur dit justement que la science d'aujourd'hui devrait être une perpétuelle remise en question, ce qui est vrai.

Voilà... Ouvrage donc intéressant, mais qui n'a pas répondu à l'attente que j'en avais au départ.


4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je me torture l'esprit, tu veux dire ;)

      Supprimer
  2. hello
    je te souhaite un bon samedi
    je viens de voir dans ton profil que tu aimais le film the machinist, j'ai bien aimé aussi, surtout pour la prestation de Christian Bale
    @ demain
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Oui j'ai trouvé que "The Machinist" était vraiment un bon film : bien joué, bien pensé, bien filmé ;)

      Supprimer