lundi 4 juin 2012

Les prénoms

Oui je suis une farceuse, mais comme on a vu "Le Prénom" il y a peu, eh bien voilà mon titre pour mon article sur "Les Rivières pourpres II : les anges de l'apocalypse", d'Olivier Dahan, avec Jean Réno, Benoît Magimel, Camille Natta, Christopher Lee (qui parle bien français !), etc.


L'intrigue se passe en Lorraine, où le commissaire Niemans est appelé suite à une étrange découverte : un homme emmuré dans une chambre de moine...
Le capitaine Reda, ancien élève de Niemans à l'école de Police, découvre, lui, un homme qui se prend pour Jésus... sauf qu'il s'est pris une balle dans l'épaule. Il a aussi à faire avec une espèce de ninja habillé comme un moine...
C'est ce Jésus, témoin dans l'affaire de chacun des deux flics, qui les réunit. Car en effet, leurs affaires sont liées. Une affaire religieuse et ésotérique, très tirée par les cheveux...
Pourquoi mon titre ? Eh bien parce que les victimes des ninjas-moines portent toutes les prénoms des apôtres, mais ce n'est pas tout, et voilà pourquoi je disais le film capillotracté, ils exercent aussi les mêmes métiers qu'eux, et ce bien sûr dans la même région...
En plus, moi, les moines-ninjas increvables, ça me gave un peu.

Donc, pas super ravie du film, qui a essayé de surfer sur le succès du premier.


4 commentaires:

  1. autant j'ai vu le 1 , 3 ou 4 fois , le 2 je l'ai regarder qu'une fois mais comme j'aime Reno j'avais aimer mais pas non plus un chef d'oeuvre ...
    là je regarde des reportages en anglais ... tu vas me dire que je ferais mieux de les regarder en espagnol pour réussir moi méme la traduction mdrrrr mais ça c'est pas gagné !
    grooos bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Espagnols parlent vite je trouve et même si c'est une langue latine comme la nôtre, c'est pas toujours évident de comprendre...

      Supprimer
  2. j'avais bien aimé le 1 .......... mais pas assez pour regarder le 2 lol ! et tu dis que ce n'est pas plus mal alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les histoires ne sont liées que par le personnage de Niemans en fait, et par un mince thème nazi même pas relié au précédent film.

      Supprimer