mardi 30 octobre 2012

Je vous apprendrai la peur

Il y a plusieurs mois je vous parlais du livre Je vous apprendrai la peur, de Nikolaj Frobenius, qui était une histoire romancée de la vie de Poe, où un serial killer utilisait ses contes comme inspirations à ses crimes...

Pourquoi je vous rappelle ceci, eh bien parce que c'est à peu près la même histoire que l'on retrouve dans le--très attendu--par moi----film de James McTeague, "L'Ombre du mal", avec John Cusack, Luke Evans, Alice Eve, Brendan Gleeson, etc.
En effet, un individu "s'amuse" à tuer des personnes à la manière des contes d'Edgar Poe. C'est en tout cas ce dont s'aperçoit l'inspecteur Fields ; il convoque alors Poe. Edgar Poe a des problèmes d'argent, des problèmes d'alcool (c'est un des points du film qui ne m'ont pas plus) et est amoureux d'Emily Hamilton, fille du riche capitaine Hamilton qui le déteste.
Après avoir un court instant suspecté Poe, Fields lui demande de les aider dans la recherche du meurtrier.
Ils s'aperçoivent bien vite qu'en réalité, le meurtrier veut jouer avec Poe et qu'il lui lance une sorte de défi : retrouver Emily (qu'il a enlevé) avant qu'elle ne meurt, et donner le récit des meurtres en feuilletons dans le journal pour lequel il travaille.
Au désespoir, Edgar Poe fait tout ce qui est en son pouvoir pour sauver Emily.


J'ai attendu avec impatience ce film, surtout parce qu'un film qui parle de Poe, on n'en a pas tous les jours.
Alors je ne suis peut-être pas totalement objective sur le sujet : soit trop bon public, soit au contraire trop critique, mais l'un dans l'autre, ça devrait s'équilibrer...
J'ai été un peu déçue par plusieurs choses ; la première, déjà citée : Poe est d'emblée montré comme un alcoolique, ce n’était pas nécessaire, car la rumeur est encore bien assez forte.
Ensuite, l'enquête en elle-même manquait de piquant et de déductions. J'aurais préféré une enquête comme on a pu en voir dans les films "Sherlock Holmes", après tout Conan Doyle s'est inspiré du Dupin de Poe... Et qu'on ne dise pas "Ça aurait paru copié sur SH" ; le thème de l'enterrement prématuré, qu'on retrouve dans "Kill Bill" est bien repris ici, et tout ça au départ, c'est inspiré de Poe. Bref, ce côté, cher à Poe, aurait dû être bien plus exploité, ça aurait donné plus d'attrait et de profondeur à l'enquête.
Il y a aussi plusieurs incohérences avec la réalité (je sais bien que ceci est totalement une fiction, mais certaines choses comme les références aux œuvres auraient dû être conservées telles quelles) : Exemple, Poe dit qu'il n'a pas écrit d'histoire de marin, alors qu'il y en a plusieurs, rien que dans "Le Meurtre de Marie Rogêt" ; concernant cette nouvelle justement, il n’est même pas fait allusion au fait qu'elle est tirée elle-même d'une histoire vraie. Griswold qui, en réalité, a survécu à Poe (et c'est lui qui lui a donné sa mauvaise réputation), meurt ici au début ; le personnage du conte "Le Puits et le pendule" ne meurt pas, alors que la victime du pendule y passe. Le docteur Moran s'appelle, dans le film, Morgan, etc.
Tout ceci, tous ces écarts qui auraient facilement pu être évités, me font penser qu'ils sont faits exprès... Pourquoi ? Eh bien pour montrer que ce qu'on pense de Poe généralement (son problème avec l'alcool notamment) ne sont que des visions biaisées de la réalité, que ce sont aussi des fictions créées par un auteur jaloux (Griswold) ; et qu'ainsi donc ce film est une nouvelle mise en abyme de la vie de Poe telle qu'elle est vue au travers du prisme des diverses biographies qui ont pu voir le jours.
Ainsi, c'est une sorte de message crypté (pratique chère à Poe aussi) nous informant inconsciemment du fait qu'il ne faut pas croire tout ce qu'on veut nous faire croire. Ce serait ainsi aussi une sorte de "trick", un tour à la Poe, ce genre de chose, il en raffolait...

De plus, un bon point pour Cusack qui, je pense, s'est approché du tempérament de Poe, à la fois facétieux et emporté, timide et triste, mélancolique et passionné.
Cependant, pour ma part, j'ai tout de même eu du mal à apparenter le personnage de Cusack à celui de Poe,... la barbiche peut-être...

Autre chose : la VF est plutôt mauvaise... va falloir que je le voie en VO...


4 commentaires:

  1. je l'ai vu aussi comme je t'avais dit et je n'avais pas trouvé ça transcendant, Poe aurait pu s'appeler Tartanpion dans le film que ça n'aurait rien changé. Je suis en tain de regarder la trilogie de Cold Prey, c'est pas mal et l'avantage de la neige, c'est que les images sont bien visibles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il manquait quelque chose pour retrouver Poe et son "univers", c'est dommage.
      Je ne connaissais pas Cold Prey, tiens...

      Supprimer
  2. lorsque je lis un livre où ensuite le récit passe au ciné,généralement je suis déçue....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là en fait ce n'est même pas l'adaptation de ce livre, mais l'histoire est très proche.

      Supprimer