dimanche 19 mai 2013

Pour la paix

J'ai lu un "nouveau" roman d'Agatha Christie, quand je dis nouveau le terme n'est pas approprié puisqu'il est paru pour l première fois en 1951. Autant vous dire--puis que le livre de poche datait de 1966--que je prenais des précautions pour le lire sans perdre des pages : Rendez-vous à Bagdad, Club du Masque.


Bref... Victoria Jones est une mauvaise sténo dactylo mais elle a un talent de menteuse indéniable. D'imitatrice aussi, ce qui lui fera perdre son emploi. Dehors, elle rencontre un jeune homme, Edward, et elle tombe sous le charme ; malheureusement, il doit partir pour Bagdad.
Comme elle aime l'aventure, Victoria décide de partir elle aussi pour Bagdad, afin d'y retrouver Edward. Pour cela elle use de quelques subterfuges.
Parallèlement, la secrétaire d'un grand financier américain, Anna Scheele, part en Grande-Bretagne voir sa sœur malade. Mais elle est suivie.
À Bagdad, la tension monte car un évènement devrait réunir les présidents des deux blocs. Un certain Dakin attend l'arrivée de Carmichaël, une personne qui a réuni des preuves attestant qu'une entité cherche à tout prix à ce qu'il y ait la guerre à nouveau. Mais voilà, il y a des traitres et des espions partout et qui l'attendent à chaque coin de rue pour le tuer.
Victoria, arrivée enfin à Bagdad, va être malgré elle mêlée à l'affaire... Ses talents de menteuse vont l'aider, mais s'en sortira-t-elle ?

En général, j'aime beaucoup les romans d'Agatha Christie qui ne font pas partie d'une série (j'aime bien les autres aussi, mais ceux là ont une saveur particulière), comme Le Secret de Chimneys ou Dix petits nègres par exemple ; eh bien celui-ci ne déroge pas à la "règle", j'ai beaucoup aimé. Le personnage de Victoria est agréablement surprenant, pétillant, plein de ressources, sans être une héroïne sans peur et sans reproches.
On est dépaysé et embarqué dans une aventure pleine de coïncidences (je crois qu'Agatha Christie aimait bien les coïncidences, c'est très pratique ;) ), de rebondissements et d'humour aussi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire