mardi 27 mai 2014

Le mal que crée l'Homme


Nous sommes allés voir "The Amazing Spider-Man : le destin d'un héros" en 3D. Une 3D bien réussie, pour une fois, il faut donc le signaler. Film de Marc Webb, avec Andrew Garfield, Emma Stone, Dane DeHaan, Jamie Foxx, Colm Feore, etc.
Peter Parker et sa petite amie (oui, ils sont toujours ensemble) Gwen Stacy reçoivent leur diplôme de fin d'année. Mais Peter, toujours hanté par la mort du père de Gwen, est perturbé par leur relation. Elle le quitte donc.
Max travaille pour Oscorp, grand entreprise appartenant à Norman Osborn et qui fournit de l'électricité. Super-Man le sauve un beau jour et depuis, il devient un grand fan. Il faut dire qu'il n'a pas trop d'amis...
Norman Osborn, lui, décède d'une maladie héréditaire, et c'est son fils, Harry, qui le remplace à la tête de la compagnie. Harry et Peter sont des amis d'enfance, et Peter vient consoler Harry de la mort de son père.
Harry commence à ressentir les symptômes de la maladie de son père. En faisant quelques recherches il s'aperçoit que Oscorp avait un projet pour soigner ce genre de chose, grâce à des araignées, mais qu'apparemment, tout a été supprimé. Il ne resterait peut-être que... Spider-Man et son sang pour le sauver.
Harry demande donc à Peter de l'aider à rencontrer Spider-Man.
Max, pendant ce temps, a un accident chez Oscorp. Il survit miraculeusement mais il a grandement changé : il est devenu électrique...

Je ne vous raconte pas tout, mais toutes ces histoires s'entremêlent pas trop mal, même si c'est parfois tiré par les cheveux.
Le point négatif du film, c'est le bla bla romantico-comique entre Peter et Gwen, qui lui confère toujours cet aspect adulescent gnangnan qui me soûle.
Le reste du film est bien, et la 3D, comme je le disais tout à l'heure, y est pour quelque chose.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire