jeudi 1 mai 2014

Obsession


Intéressée par le réalisateur de "Noé", j'ai fait quelques recherches sur sa filmographie, et j'ai trouvé 2 films qui m'ont interpellés (en plus de "Requiem for a Dream" et "Black Swan") : "Pi" et "The Fountain".
Aujourd'hui, je vais donc vous parler de "Pi", un film de 1998, le premier long-métrage de Darren Aronofsky, avec Sean Gullette, Mark Margolis, Ben Shenkman, etc.

Max Cohen est un mathématicien persuadé que le monde est régi par des équations, des séquences, et il essaie de les trouver. Il est notamment très inspiré par le nombre pi (∏) ; il pense aussi que la bourse est régie par les même lois que la nature, et qu'on peut donc la mettre en équation.
Un vieil ami et mentor, Sol, ancien mathématicien, essaie de lui faire prendre du recul avec tout ça car il voit bien que son ami s'obsède.
Depuis qu'il est enfant, Max fait aussi des crises : il a des maux de tête effroyables, suivis d'hallucinations. Le film est d'ailleurs rythmé par ces crises.
Bientôt, de mystérieux représentants de la Bourse (?) ou du moins des gens qui s'y intéressent, tentent de persuader Max de travailler pour eux. D'un autre côté, Max rencontre un dénommé Lenny, mathématicien cabaliste. Lenny voudrait que Max cherche pour lui une suite de nombres à 216 chiffres.
Cette suite de nombres semble avoir déjà été rencontrée par Sol...

C'est l'histoire d'une obsession : une obsession mathématique, le genre de chose qu'on a du mal à s'enlever de la tête une fois que ça y est entré.
Le film est en noir et blanc, très contrasté, un côté un peu rétro années 60, comme dans "La Jetée", un peu underground, j'ai beaucoup aimé la musique, le rythme du film et le traitement de l'obsession assez délicat (moins présent que dans "Le Nombre 23" par exemple, mais qu'on ressent rien que par le jeu de Sean Gullette).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire