jeudi 8 mars 2012

Don et dilemme

Shining, l'enfant lumière, de Stephen King, éditions J'ai lu.
Danny Torrance est un petit garçon entouré d'une mère craintive, Wendy, et d'un père ancien alcoolique, ancien prof de littérature et écrivain raté, Jack.
Al, un ami de Jack, trouve un job à ce dernier : gardien d'un hôtel qui ferme l'hiver pour cause d'intempéries, l'Overlook.
C'est une belle occasion pour lui de renflouer ses finances, d'être au calme pour terminer une pièce de théâtre et de renouer de vrais liens avec sa femme ; depuis qu'il a cassé le bras de Danny, dans une crise alcoolique, Wendy pense fortement au divorce.

Danny a aussi un don : il lit dans les pensées des gens et peut prévoir l'avenir, grâce à un ami imaginaire (?) nommé Tony. Ainsi, il comprend très bien ses parents, il sait quand son père a envie de boire et il perçoit l'Overlook avant même d'y avoir mis les pieds... un véritable cauchemar. Il sait pourtant que c'est la seule chance pour son père de se remettre en selle.
Petit à petit, Jack et Danny, chacun de leur côté, perçoivent l'hôtel et ses fantômes. En fait, l'Overlook veut s'emparer de Danny pour lui voler son don, et se sert de Jack pour y parvenir ; mais Jack est jaloux de son fils, il voudrait être le "chouchou" de cet hôtel maléfique.


Stephen King a le don de réveiller en nous des terreurs d'enfant, comme s'il entrait dans notre inconscient, sûrement une sorte d'inconscient collectif de la peur, et en ressortait ses histoires.
Ce roman démarre tout doucement, pour mettre tout en place, et chemine petit à petit vers le cauchemar. Dommage que la fin ne soit pas à la hauteur du reste.

Bon, maintenant, il ne me reste plus qu'à voir le film ;)

PS : Ce livre est depuis longtemps dans ma PàL, ce que j'ignorais, c'est qu'il est question de Poe dedans, et plus particulièrement du "Masque de la Mort Rouge", sorte de fil conducteur du roman.


15 commentaires:

  1. J'avais bien aimé le film pourtant je ne suis pas un adepte de ce genre cinématographique... Mais Nicholson... :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu, y a longtemps, j'ai oublié et je crois que je ne vais pas relire d'ailleurs, je ne sais même pas où il est passé...heure-bleue....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu l'as lu, c'est le principal ;)

      Supprimer
  3. Qu'il y ait du Poe quelque part et qu'"on" ne te l'ait pas dit, j'ai du mal à y croire!!:)

    RépondreSupprimer
  4. heureusement qu'il y est du Poe ...
    j'ai arréter depuis un bon moment de lire King , je n'accroche plus a ces livres ...
    ps: ton lien est eronné dans les comms chez moi ...
    gros bisous et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais arrêté pendant longtemps aussi King, mais désormais, je le lis différemment ;) Je vais voir pour le lien... à force de toujours devoir le remettre, ça doit engendrer des erreurs ;)

      Supprimer
  5. je vais faire des échanges car j'ai plus de place....

    RépondreSupprimer
  6. Si tu n'as pas vu le film, attends-toi à être désarçonné, car je crois savoir que Kubrick ne respecte pas vraiment la trame du livre, ou du moins qu'il en a tiré la quintescensse qui l'intéressait, lui. Sans doute faut-il se défaire du bouquin.
    Mais c'est un chef d'oeuvre, à n'en pas douter. Peut-être le meilleur service que King ait rendu au cinéma !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu des extraits il y a longtemps et rien qu'avec ça, je me suis rendue compte que le film était différent. De toute façon, il est très difficile de rendre en image l'univers de King, surtout les pensées des personnages ;).

      Supprimer
    2. De la même manière qu'il est impossible de "novelliser" un film de Kubrick ;-) ! C'est toute la différence entre ce que nous raconte l'écrit et ce que raconte l'image... C'est un sacré débat dans le monde des artistes et des amateurs de romans et de films. Je crois qu'il faut toujours essayé d'étudier quelle est la démarche du réalisateur, et puis cerner la hauteur de son talent.
      Avec kubrick, ce n'est plus de la hauteur, c'est de l'altitude :-D ! Mais je ne veux pas trop dire de bien au risque de te décevoir.

      Supprimer
  7. Comme je sais que ce sera différent, je ne pense pas être déçue à cause de ça ;)

    RépondreSupprimer