mardi 20 mars 2012

Elargir l'horizon

Je suis abonnée à plusieurs sites de recherche d'emploi, dont un qui s'appelle M*nster.
Dessus, j'ai comme mot-clé de recherche "Libraire"... et d'habitude, il m'envoie des offres qui correspondent grosso-modo (mais alors très-tris grosso modo) à ça, genre responsable de vente (rien à voir en fait, mais bon, on peut se dire en rêvant un peu que c'est responsable de vente de livres (même si en fait, non) ; par contre, c'est jamais trop dans le secteur géographique adéquat...
L'autre jour, j'ai reçu une offre encore plus éloignée :



Mécanicien armement dans l'armée de terre... oui, là, non, décidément, j'ai beau chercher, je ne vois pas le rapport.

Je suis allée voir la description, par simple curiosité :

"Mécanicien armement - Armée de terre française (H/F)

Description du poste
Selon sa spécialité, le mécanicien armement exécute les opérations de manipulation et de réparation des matériels de tous calibres ainsi que le maintien en condition de certaines parties de systèmes d’armes comme par exemple la tourelle des blindés.​

EVAT (engagé volontaire)
Pas de niveau scolaire exigé, CAP/​BEP appréciés pour les métiers techniques.​
Être de nationalité française et jouir de ses droits civiques.​
Avoir 17 ans et demi et moins de 29 ans à la date de signature du contrat.​

VDAT (volontaire)
Pas de niveau scolaire exigé.​
Être de nationalité française et jouir de ses droits civiques.​
Avoir 18 ans et moins de 26 ans à la date de signature du contrat.​


Liste non exhaustive des unités ou villes où peut s’exercer ce métier : Bayonne, Besançon, Castelnaudary, Laval, Mutzig, Sourdun, Canjuers, Carcassonne, Libreville (Gabon), Montauban…


Rigueur.​
Réactivité.​
Méthode.​
Goût pour la technique.​
Habileté.​


La formation du jeune engagé se déroule en trois temps.​   

D’abord, une formation initiale comprenant un module général et un module spécialisé qui lui permet de remplir des tâches d’exécution et d’être envoyé en OPEX ou en MCD.​ Pour les mécaniciens armement, la formation de spécialité initiale (FSI) est réalisée en régiment.​   
Ensuite, une formation dite « élémentaire » qui lui permet d’évoluer en grade.​   
Enfin, une formation dite « de premier niveau » nécessaire pour accéder à des fonctions d’encadrement et pour les meilleurs, au corps des sous-officiers.​

Les compétences acquises dès la formation initiale permettent de capitaliser des savoir-faire et des savoir-être précieux pour envisager une reconversion dans le secteur civil.​   

Tout engagé ayant au moins quatre ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion.​"

C'est flatteur, car c'est pour les moins de 29 ans :D mais à par ça... euh, comment dire ? Bah non quoi...

10 commentaires:

  1. Comment ça, tu ne veux pas "faire mécanicienne" à Besançon????:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1 c'est même pas forcément Besançon (si je me retrouve au Gabon, bonjour !), 2 je suis vraiment pas douée en mécanique, 3 j'aime pas les armes :p

      Supprimer
  2. Ah bien j'en sais plus maintenant sur la chose militaire, lu mon capitaine et bonne nuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ! Ils recrutent des gens sans niveau scolaire exigé pour manipuler des armes... cool !

      Supprimer
  3. C'est peut être pour un poste de libraire des Armées, je plaisante bien sur, c'est du grand n'importe quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui une librairie spécialisée dans les armes avec que des images dans les livres :D XD

      Supprimer
  4. chercher pas a comprendre , avec mes soucis de dos le chomage m'a envoyé le mois passé pour étre maçon ... oui maçon alors que je sais méme plus porter un seau d'eau sur 5 m .... ensuite ils m'ont dit de devenir indépendante pour ne plus étre dans les stats du chomage :)
    et moi au départ je suis animalière ... alors entre les singes et faire des murs pas compris le rapport non plus :)
    vaut mieux en rire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ils font tout pour qu'on sortent de leur chiffres, sans vouloir vraiment nous aider, enfin pas tous, mais la plupart... :/

      Supprimer
  5. Ah je t'imagine bien avec un treillis, un sac lourd d'une tonne, bardée de bardas, en train de courrir et dire "chef oui chef !" :-D.
    Ayant fait l'armée sans...euh...réelles convictions, je t'assure que c'est certes pittoresque et folklo, mais que tu n'y trouveras point les plaisirs infinis du cheminement dans les sentiers artistiques de la lecture...
    Ce site est pas très sérieux.

    Le caporal: "Chef !"
    Le chef: "Quoi ?"
    Le caporal: "la seconde classe Mad a été retrouvée assommée sur le chemin d'entraînement de combat en forêt. Dois-je appeler la Police Militaire ?"
    Le chef: "Pas la peine. Vous avez interrogé la branche d'arbre qu'il y avait en travers de son parcours ?"
    Le caporal: "Non, elle s'est camouflée derrière ses feuilles."
    Le chef: "Bon, interrogez la branche: elle vous dira que le soldat Mad courrait sans regarder devant elle, les yeux plongés dans un bouquin d'Edgard Allan Poe."
    le caporal:"Edgarllanequi ?"
    Le chef: "laissez tomber. Je vais moi-même arrêter la branche et le livre. La première sera disculpée, croyez-moi. Le bouquin aussi, je pense. C'est sa nourriture spirituelle. Les deux ont du se faire mal aussi. Remplissez les formulaires pour virer cette recrue d'urgence, une fois sa bosse partie. Avec elle, on perdrait une guerre contre un troupeau de vache nourries au lexomil."
    Le caporal: "Les vaches lisent Lexomil ? Je ne les savais pas spirituelles."
    Le chef: "Remplissez un formulaire pour vous aussi. Vous êtes trop con."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. XD j'adore !

      J'ai un treillis, enfin, j'avais, je ne sais plus où il est, mais pour le reste (le bardas et le chef oui chef, c'est sûr, c'est moins mon truc.
      Edgar Poe s'est engagé dans l'armée, mais la discipline militaire et surtout le fait qu'il ne pouvait pas lire et écrire comme il voulait l'ont fait changer d'avis ;)

      Supprimer