mercredi 27 août 2014

Des chiens, un fantôme et le vétérinaire

Non, ce n'est pas une fable de La Fontaine, c'est juste que ce sont les 3 éléments principaux de L'Instinct de la meute, de Doug Allyn, aux éditions Télémaque.



Le roman démarre fin XIXème siècle par l'incendie ravageur qui détruisit une grande partie des forêts du Michigan et ce faisant, la ferme d'une femme, une écolo avant l'heure. Elle et sa fille ont d'ailleurs certainement péri dans la fournaise.
De nos jours, le vétérinaire David Westbrook, fraîchement sorti de prison, vient s'installer dans la région, dans une vieille grange qu'il compte transformer en cabinet.
Un jour, il entend les cris d'une femme au loin et va voir ce qu'il se passe. Le fils de cette jeune femme était tombé dans un trou ; David descend pour le sauver, mais découvre aussi un squelette. Et c'est là que tout commence. À l'hôpital, il prévient la police de sa découverte, police méfiante vu son passé, des fouilles sont organisées, on retrouve un autre cadavre étrange et à partir de là des décès surviennent étrangement.
La propriétaire de la grange prie David de s'occuper de lévriers assez dangereux. La tâche est rude mais il parvient à s'en faire des alliés.
Petit à petit, David est entraîné dans un méli-mélo fantastico-politique qui mêle les terres alentours, un tueur à gages et peut-être même le fantôme de la femme décédée dans l'incendie.
Ça a l'air un peu embrouillé comme ça, et d'ailleurs ça l'est parfois quelque peu dans le roman ; il est un peu facile d'utiliser le fantastique comme moyen de faire évoluer l'intrigue, mais le côté "réaliste" prime tout de même, même si ce genre d'histoire n'arrive que dans les films ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire