dimanche 24 août 2014

Enquêtes sur Poe

Ces derniers mois, j'ai lu deux livres concernant Edgar Poe, des romans d'ailleurs pour être plus précise et même des romans en anglais, pour être encore plus précise.


Le premier, The Poe Papers, a tale of passion, de Nancy Zaroulis, aux éditions G.P. Putnam's Sons, c'est l'histoire d'un jeune homme qui voudrait obtenir coûte que coûte des documents sur Edgar Poe, décédé quelques décennies auparavant.
Il a entendu dire que ces documents étaient en la jalouse possession de Mrs Richmond (une proche, très proche connaissance de Poe) et se décide donc à se rendre chez elle sous un prétexte fallacieux, celui d'obtenir des informations sur un peintre que la dame avait aidé.
Seulement voilà, lorsqu'il parvient à entrer chez Mrs Richmond, c'est sa fille qui le reçoit, et elle est très fine, elle sait de suite ce qu'il vient chercher réellement.
Il repart donc bredouille mais décide de revenir pour obtenir ce qu'il cherche.
Mrs Richmond le trouve apparemment sympathique, et, la tempête de neige aidant, le jeune homme se retrouve coincé, à son plus grand plaisir, chez ces dames. Il pourra ainsi, pense-t-il, avoir le temps de trouver ce qu'il est venu chercher...
Les choses ne se passent malheureusement pas comme il le désirerait, et on entre progressivement dans une histoire poesque, hitchcockienne aussi, où sa vie va devenir un cauchemar... l'antre de la folie.

Si vous aimez ces atmosphères angoissantes et oppressantes, les personnages qui sombrent peu à peu dans la folie ou dans l'étrange, vous allez vous régaler. Certes, ce n'est pas un roman très récent (il doit avoir à peu près mon âge, c'est dire !), mais qu'importe, puisque de toute façon l'intrigue se déroule au XIXème siècle.



Le second, Forevermore, a Pat O'Malley Mystery, de Jim Musgrave, aux éditions English Majors Reviewers and Editors est l'histoire de la première enquête, apparemment, de Pat O'Malley, vétéran de la guerre de Sécession, qui réside dans l'ancien cottage de Poe à Brooklyn.
Suite à un rêve ou une vision, il découvre un mot sous le lit : un poème de Virginia (la femme et cousine de Poe, décédée dans ce lit même) suivi d'un mot de la main d'Edgar Poe qui parle d'une vengeance, celle, très certainement, de la mort de Mary Rogers...
Mary Rogers était connue, du temps de Poe, comme la beautiful cigar girl, une jeune fille employée chez Mr Anderson, un marchand de cigares. Elle avait été retrouvée assassinée, flottant sur l'Hudson, et Poe en avait fait une nouvelle de Dupin "The Mystery of Marie Rogêt".
Pat O'Malley aimerait avant tout élucider le mystère planant autour de la mort de Poe. Il pense qu'il y a peut-être un lien entre sa mort et celle de Mary Rogers. Il va donc commencer par interroger tous ceux qui ont eu contact avec Poe peu avant sa mort, mais aussi ceux qui avaient connu Mary.
Il est aidé dans sa quête par Becky Charming, une prostituée de luxe qui, grâce à ses "contacts" va lui dégoter quelques informations...

Il est fort dommage que le roman soit si bâclé : tout va très vite, tout aurait pu être étoffé sans rien étouffer. Là, on a l'impression que l'auteur voulait en finir au plus vite. Le livre est d'ailleurs très fin, c'en est presque plus une nouvelle qu'un roman.
Les décisions du personnage principal sont aussi un peu illogiques, les allers-retours entre les témoins-suspects par exemple semblent être là pour rallonger la sauce, pour meubler le manque de créativité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire