samedi 7 décembre 2013

FB 07/12/2013

Aurais-je les neurones trop courts ???

Tout arrive très vite dans mon cerveau, et je ne réfléchis pas avec mes pieds...

(Statut inutile du jour)

2 commentaires:

  1. Je suis un gardeur de troupeaux.

    Le troupeau ce sont mes pensées

    Et mes pensées sont toutes des sensations.

    Je pense avec les yeux et les oreilles

    Et avec les mains et avec les pieds

    Et avec le nez et avec la bouche.



    Penser une fleur c’est la voir et la respirer

    Et manger un fruit c’est en savoir le sens.



    C’est pourquoi lorsque par un jour de chaleur

    Je me sens triste d’en jouir à ce point,

    Et couche de tout mon long dans l’herbe,

    Et ferme mes yeux brûlants,

    Je sens tout mon corps couché dans la réalité,

    Je sais la vérité et je suis heureux.



    Fernando Pessoa, Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro, traduit du portugais par Armand Guibert, Gallimard, 1960, p. 55-56.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah, à quand les jours de chaleur ?!

      Supprimer