samedi 4 février 2012

My tribute

Je vous disais, dans cet article, que lors de la cérémonie en l'honneur de Poe, le 19 janvier dernier à Baltimore, des textes seraient lus, dont un petit que j'avais écrit en introduction et conclusion d'un passage de "Berenice", lu par le Chevalier Dupin.
Dans les commentaires, je disais aussi que j'avais participé à un concours : écrire un texte en l'honneur d'Edgar Poe, le Poe Tribute.
Eh bien je ne suis pas peu fière de vous annoncer que mon texte a été choisi :) c'est même le 1#, le number one ! :)))

Youhou !

"Whether it was in his life, in his thoughts or in his work, Edgar Poe seemed to constantly reel between Charybdis and Scylla, whereas his will was to find a balance, to reach a quiet point, as Ulysses who wanted to go back to Ithaca. He wanted to reach harmony and perfection, but the image which has flown across the years unfortunately shows him as a poor man and tormented writer. Actually, his analytical skill enabled him to reach a nearly empathic state; he knew how to become a Gothic and horror-tale writer, a literary critic, an editor, a lecturer, and so on. But he was above all a poet. He was a genius and a visionary who was scorned and misunderstood, whereas he was in fact ill and sad, and above all lucid, meticulous,... in quest of Beauty, Harmony and Perfection.
At the end of his life, he wrote Eureka so as to set his knowledge in eternity: "What I here propound is true:—therefore it cannot die; or if by any means it be now trodden down so that it die, it will 'rise again to the Life Everlasting.'" As a matter of fact, Eureka unified Poe’s thought and clarified his process: the search for Harmony and Beauty.
Thanks to this “prose poem” and in spite of the negative reputation he had, he is now more and more considered as a literary precursor, a great author, and even as a scientific visionary.
And we are here today to celebrate him, because we know who he really was: a man who takes a huge place in our hearts, a genius who has changed our lives, who has changed my life, because from childhood’s hour I have not been as others were, I have not seen as others saw, I could not bring my passions from a common spring... and then, discovered that I was not alone: Mr Edgar Poe was by my side.
I don’t know how to thank him for that, so I wrote these lines for him.

Mr Poe, you will rise again to the Life Everlasting, and to do so, we’ll fight to keep your House and Museum open here in Baltimore!

Happy birthday Mr Poe!
"

-> "Que ce soit dans sa vie, dans ses pensées ou dans son oeuvre, Edgar Poe semblait constamment aller de Charybde en Scylla, bien que sa volonté fut de trouver un équilibre, d'atteindre un état de tranquillité, ainsi qu'Ulysse voulant retourner à Ithaque. Il cherchait à atteindre l'harmonie et la perfection, mais l'image de lui qui a traverser les ans le montrait malheureusement comme un pauvre homme et un écrivain tourmenté. En réalité, son talent analytique lui a permis de trouver un état quasi empathique ; il sut devenir un auteur de gothique et d'horreur, un critique littéraire, un éditeur, un conférencier, etc. Mais il était avant tout un poète. Il était un génie et un visionaire méprisé et incompris, alors qu'il était en fait malade et malheureux, et surtout lucide,  méticuleux... en quête de Beauté , d'Harmonie et de perfection.
A la fin de sa vie, il écrivit Eureka afin de graver son savoir dans l'éternité : « Ce que j’avance ici est vrai ; donc, cela ne peut pas mourir ; ou si, par quelque accident, cela se trouve, aujourd’hui, écrasé au point d’en mourir, cela ressuscitera dans la vie éternelle. » Ainsi, Eureka unifiait la pensée de Poe et clarifiait son intention : la recherche de l'Harmony et de la Beauté.
Grâce à ce "poème en prose" et en dépit de la réputation négative qu'il eut, il est aujourd'hui de plus en plus considéré comme un précurseur en littérature, un grand auteur, et même comme un visionnaire scientifique.
Et aujourd'hui, nous sommes ici pour lui rendre hommage, parce que NOUS savons qui il était vraiment : un homme qui prend une énorme place dans nos cœurs, un génie qui a changé nos vies, qui a changé MA vie, car depuis ma prime enfance je ne suis pas comme les autres ; je ne vois pas ce que les autres voient ; je n’ai pas su tirer mes passions au puits commun. Ma tristesse ne provient pas de la même source. at ainsi j'ai découvert que je n'étais pas seule : M. Edgar Poe était à mes côtés.
Je ne sais pas comment le remercier pour tout cela, alors j'ai écrit ces quelques lignes pour lui.

M. Poe, vous ressusciterez dans la vie éternelle, et pour ce faire, nous nous battrons pour garder votre Maison & Musée ouvert ici à Baltimore !

Bon anniversaire M. Poe !
"

Voici la photo de Mark Redfield lisant le texte :

J'vous ai mis la légende Facebook qui allait avec ;)


Beaucoup de monde à cet évènement :



Jeff Jerome en maître de cérémonie :



Tony Tsendeas, dans la peau du narrateur de "The Black Cat" :


"Dupin" (Matthew Bowerman), après sa lecture de "Berenice" :


Voici l'intro et la conclusion que j'ai écrites pour cette occasion :

"Cher Monsieur Jerome, this is an honor for me to be with all of you tonight to celebrate Monsieur Poe’s birthday and I would like to thank you warmly for inviting me.
As you know—or maybe not—, I am a great admirer of
Monsieur Poe, and that for as long as I can remember...
He is the most French of the American writers. Furthermore, he has been an inspiration for many and many French writers and artists as Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé (his more famous French traductors), Paul Valéry, Jules Verne, Claude Debussy, Odilon Redon,
et caetera.
So, I would like to read for you the end of "Berenice", one of his terrifying tales, which makes my teeth chatter...

[...]

Aaah... I truly love that story! Berenice reminds me Marie Roget, or Mademoiselle L’Esplanaye... Oh you believe I am a macabre man or mad. Yet, mad I am not... I just thought about my success resolving these cases...
But you know, without
Monsieur Poe I would not exist, nor would that English detective... what’s his name again? Ah... a certain Sherlock Holmes... Quite the inferior fellow you know...

Oh! I was about to forget:
Joyeux anniversaire, Monsieur Poe !"

-> "Cher Monsieur Jerome, c'est un honneur pour moi d'être parmi vous tous ce soir pour célébrer l'anniversaire de Monsieur Poe, et je voudrais vous remercier chaleureusement de m'avoir invité.
Comme vous le savez--ou peut-être pas--, je suis un grand admirateur de Monsieur Poe
, et cela depuis aussi longtemps que je me souvienne...
Il est le plus française des écrivains américains. De plus, il fut une source d'inspiration pour beaucoup, et beaucoup d'écrivains et artistes français comme Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé (ses traducteurs français les plus célèbres), Paul Valéry, Jules Verne, Claude Debussy, Odilon Redon, et caetera.
Aussi, je voudrais vous lire la conclusion de "Berenice", l'un de ses contes terrifiants, qui me fait claquer des dents...

[...]

Aaah... J'aime vraiment beaucoup cette histoire ! Bérénice me rappelle Marie Roget, ou Mademoiselle L'Esplanaye... Oh, vous me pensez macabre, ou fou. Cependant, je ne suis pas fou... Je pensais seulement aux succès remportés en résolvant ces affaires...
Mais vous savez, sans Monsieur Poe je n'existerais pas, ni ce détective anglais... quel est son nom déjà ? Ah... un certain Sherlock Holmes... Très inférieur vous savez...

Oh ! J'allais oublié : Joyeux anniversaire, Monsieur Poe !
"

"Rufus W. Griswold" (John Spitzer), eh oui, et d'après ce que j'ai compris il a présenté ses excuses à Edgar Poe :


"Fortunato" (Thomas Rinaldi) :


Les lecteurs et personnages réunis :



Ah... j'aurais vraiment aimé y être !!!...

8 commentaires:

  1. Je me doute bien que tu aurais voulu y être et j'imagine aisément toute l'émotion que tu y aurais ressenti, déjà qu'elle est sensible en lisant tes mots d'ici.
    Toutes mes sincères félicitations Madame, et continue d’œuvrer comme tu le fais pour la mémoire de Poe !

    RépondreSupprimer
  2. oui! et Poe le mérite bien!!
    je trouve pas encore assez reconnu ici , les préjugés sur Poe ont la vie dure ...
    bon dimanche bisous

    RépondreSupprimer
  3. Eh oui, c'est relativement souvent que je vois encore de ces préjugés sur le Net, alors j'écris pour rectifier... Parfois j'ai un retour, parfois non...

    RépondreSupprimer
  4. Tu vas etre une star chez les Ricains!!:)

    RépondreSupprimer
  5. Ouais, entre Lady Gaga et Madonna :D XD !!!

    RépondreSupprimer