vendredi 15 juin 2012

Tales of Poe


Je vous avais parlé, en novembre dernier, d'une trilogie sur des contes de Poe intitulée "Tales of Poe" et il était question dans ma note du 1er volet "The Tell-Tale Heart".
Voici maintenant des petites infos et photos sur la suite, c'est à dire "The Cask of Amontillado" et "Dreams" :

"The Cask of Amontillado", d'Alan Rowe Kelly est basé, on s'en doute, sur le conte de Poe du même titre ;) (en français généralement traduit par "La Barrique d'Amontillado"). ; le thème principal en est donc la vengeance.
Voici les noms de quelques acteurs de ce court-métrage :  Randy Jones, Brewster McCall, Alan Rowe Kelly, Susan Adriensen et Zoe Daelman Chlanda. 
Il est toujours en post-production et devrait être terminé pour cet automne. 

Des images du film :



"Dreams" est lui inspiré d'un poème de Poe (du même titre aussi, "Rêves"), adapté par Michael Varrati et réalisé par Bart Mastronardi.
Les acteurs sont : Bette Cassatt, Adrienne King, Caroline Williams, Amy Steel, Colin Cunliffe, Brewster McCall, Richard Thor Wenzel, Michael Varrati, etc.
Ce court-métrage est toujours en pré-production.

Des images :




Bon je ne vois pas trop le rapport entre les images et le poème... mais bon :/ il faudra le voir, ce n'est pas facile à adapter au cinéma, un poème...

Dreams

Oh! that my young life were a lasting dream!
My spirit not awakening, till the beam
Of an Eternity should bring the morrow.
Yes! tho' that long dream were of hopeless sorrow,
'Twere better than the cold reality
Of waking life, to him whose heart must be,
And hath been still, upon the lovely earth,
A chaos of deep passion, from his birth.
But should it be- that dream eternally
Continuing- as dreams have been to me
In my young boyhood- should it thus be given,
'Twere folly still to hope for higher Heaven.
For I have revell'd, when the sun was bright
I' the summer sky, in dreams of living light
And loveliness,- have left my very heart
In climes of my imagining, apart
From mine own home, with beings that have been
Of mine own thought- what more could I have seen?
'Twas once- and only once- and the wild hour
From my remembrance shall not pass- some power
Or spell had bound me- 'twas the chilly wind
Came o'er me in the night, and left behind
Its image on my spirit- or the moon
Shone on my slumbers in her lofty noon
Too coldly- or the stars- howe'er it was
That dream was as that night-wind- let it pass.

I have been happy, tho' in a dream.
I have been happy- and I love the theme:
Dreams! in their vivid coloring of life,
As in that fleeting, shadowy, misty strife
Of semblance with reality, which brings
To the delirious eye, more lovely things
Of Paradise and Love- and all our own!
Than young Hope in his sunniest hour hath known.


Edgar Poe

(Rêves

Oh ! que ma jeune vie fût un rêve qui dure !
Mon esprit ne s'éveillant que sous le rayon
D'une éternité apportant le lendemain.
Oui ! quand même ce long rêve serait de douleur sans espoir,
Cela vaudrait mieux que la froide réalité
De la vie éveillée, pour celui dont le coeur doit être,
Et a toujours été, sur la terre charmante,
Un chaos de passions profondes, dès sa naissance.
Mais s'il devait être--ce rêve éternellement
Continué--ce que les rêves ont été pour moi
Dans ma jeunesse ; s'il devait m'être ainsi donné,
Ce serait folie d'espérer encore un ciel plus haut.
Car je me suis gorgé, quand le soleil brillait
Au ciel d'été, de rêve de lumière
Et de charmes vivants ; j'ai laissé mon cœur même
Dans des régions par moi imaginées, loin
De mon propre foyer, avec des êtres modelés
Par ma propre pensée--quoi d'autre eussé-je pu voir ?
Une fois, une fois seulement--mais jamais l'heure éperdue
De ma mémoire ne s'effacera--quelque puissance,
Quelque charme, m'avait enchaîné ; c'était le vent glacé
Qui était venu sur moi dans la nuit pour laisser, derrière lui,
Son image sur mon esprit--ou la lune
Qui brillait sur mon sommeil à son plus haut zénith,
Trop froidement--ou les étoiles. Quoi qu'il en fût,
Ce rêve était semblable à ce vent de la nuit. Qu'il passe.

J'ai été heureux, quoique dans un rêve.
J'ai été heureux--et ce sujet me plaît.
Rêves ! dans leur coloration éclatante de la vie
Comme dans cette lutte fugitive, ombreuse, brumeuse,
Des apparences avec la réalité, qui apporte
A l’œil en délire, des choses plus charmantes
Du paradis et de l'Amour--et qui sont bien à nous !
Que le jeune Espoir n'en a connu aux heures les plus ensoleillées.


Edgar Poe (traduction de Claude Richard et Jean-Marie Maguin))

La trilogie devrait être prête pour l'automne 2013.

Source : Anything Horror.

4 commentaires:

  1. oui la poésie c'est pas facile a montrer en image car au fond la oésie c'est l'imaginaire de chacun et surtout du poéte
    bon alors
    Les fruits sans paraitre touchés en surface, peuvent l’être profondément.
    quand les gens tripote les légumes sur les étales ils abiment ces légumes , le cornichon méme si sa peau est belle peut étre touché profondément ..abimé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un cornichon... je l'ai retournée dans tous les sens la phrase, je ne la comprenais pas et là je ma relis hors contexte, et je comprends... j'étais bouchée ou quoi ???

      Supprimer
  2. le diable cornu est magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est le Démon des Rêves ;)

      Supprimer