samedi 19 avril 2014

Je les ai enfin vus...

Oui, "J'ai enfin vu" c'est le titre d'une rubrique du blog, créée au départ pour parler des vieux films que je n'avais encore jamais vus et que j'ai enfin vus.
En l’occurrence, pour ces films là, c'est nickel, car il s'agit de la saga "L'Arme fatale". Certes, j'avais dû en voir un ou deux, il y a fort longtemps, mais il(s) s'étai(en)t peu à peu effacé(s) de ma mémoire (la preuve, je ne sais même plus lequel j'ai vu, ni si j'en avais vu un ou deux...)

Je ne vais pas entrer dans les détails des 4--oui, mi-mars nous avons fait un marathon "L'Arme fatale"-- car c'est un classique, et que ça me ferait long à écrire et que je n'ai, vous avez dû remarquer par l'absence de notes "sérieuses" ces temps-ci, plus trop le temps nécessaire pour la blogosphère ; et puis aussi ils commencent déjà à s’embrouiller et se mélanger dans ma tête...

Donc voilà, les 4 films sont réalisés par Richard Donner et les acteurs principaux Mel Gibson et Danny Glover jouent le rôle de flics, très différents : Roger Murtaugh est un vieux de la vieille, très traditionnel, casé, réglo, alors que Martin Riggs peut péter un câble à tout moment et à des tendances suicidaires depuis que sa femme est décédée dans un accident de voiture.
Ils doivent faire équipe sur différentes affaires au cours de ces 4 films. Ils apprennent donc à se connaître lors du 1er, et une grande amitié va naître entre eux.
On notera aussi la présence de Joe Pesci dans les volets 2, 3 et 4, dans le rôle de Leo Getz, un petit bonhomme qui fait tous les métiers, un peu crapule, un peu collant aussi, mais très drôle ; et de Renee Russo, dans le rôle de Lorna Cole à partir du 3, et si les 2 premiers volets sont plutôt misogyne, grâce à sa présence, la saga devient plus plaisante pour la gente féminine.



Drôles, plein d'action, d'émotion aussi, c'est parfois un peu trop tiré par les cheveux. Le côté misogyne des 2 premiers opus m'a assez gênée.

Bon maintenant, il ne me reste plus qu'à prendre le temps de vous parler de :
"Lucky Luke", "Astro Boy", "47 Ronin", "Möbius".

2 commentaires:

  1. AAAAh Mel Gibson avant sa "grande période pétage de plombs". Les premiers films sont drôles, survoltés... ça s'essouffle un peu ensuite.

    RépondreSupprimer