mardi 22 janvier 2013

Le tigre de Schrödinger ?

Nous sommes allés voir "L'Odyssée de Pi", de Ang lee, avec Suraj Sharma, Irrfan Khan, Adil Hussain, Tabu, Rafe Spall, etc., film tiré du roman de Yann Martel, L'Histoire de Pi.
Mon titre à moi, je ne vous l'expliquerai pas, il vous faudra voir le film, sinon, ça peut un peu révéler la fin... Mais je n'ai pas pu résister à ce titre là ; j'ai hésité avec "Seul au monde", parce qu'on y ressent les mêmes choses, sauf que Wilson est ici un tigre nommé Richard Parker, et avec "Piscine ou la vie sauvage"...


Pi Patel est un petit garçon indien, né à Pondichéry, Indes françaises. Ses parents gèrent un zoo. Élevé au croisement de plusieurs cultures, de plusieurs langues et de plusieurs religions, avec une mère qui lui raconte l'histoire des dieux hindous et un père qui ne croit qu'en la science, Pi se cherche une voie, une croyance et essaie toutes sortes de choses (les religions par exemple).
Mais un jour, quelques années plus tard, alors que Pi a 17 ans, son père décide de partir au Canada : ils partent donc sur un cargo, avec les animaux qui seront vendus aux USA. Pi, qui veut voir une nuit l'orage, sort sur le pont. La tempête est vraiment très forte et lorsqu'il voit un marin emporté par une vague il commence à s'inquiéter. Il revient à la cabine chercher sa famille, mais c'est trop tard, le bateau coule.
Il se retrouve bientôt seul sur un canot de sauvetage... seul, pas vraiment, quelques animaux sont là aussi, dont Richard Parker... tigre dangereux.
L'aventure de Pi commence : perdu dans l'Océan pacifique, il a peur, et c'est cette peur qui le maintient en vie.
Cette histoire est une fable qui en dit beaucoup sur la psychologie humaine : nos croyances, notre instinct de survie, la peur, le rêve, la réalité, nos perceptions, l'ingéniosité,...
C'est aussi une fable sur ce qu'est, pour nous, la réalité : est-elle ce que l'on croit, ce que l'on préfère, faut-il croire en la science ou en des dieux, etc.

C'est un film très esthétique et intelligent, et j'ai bien envie de lire le roman :)
Par contre, il n'était qu'en "3D" au ciné, et vraiment, si vous pouvez éviter ce format, ce n'est pas plus mal, car elle est quasi inexistante.



2 commentaires:

  1. j'en connais pas mal qui ont apprécié mais je préfère largement les films à faits réels,mon homme est allé voir hier le western américain revisité à la version moderne avec léonardo di caprio...autrement,je suis allée voir Alceste avec Luccini...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup Luccini ! Et beaucoup moins Di carpaccio... :p

      Supprimer