dimanche 10 avril 2011

Film de guerre

"World Invasion : Battle Los Angeles", de Jonathan Liebesman, avec Aaron Eckhart, Michelle Rodriguez, Ramon Rodríguez, Ne-Yo, Michael Peña, Bridget Moynahan, etc. est certes un film d'attaque extraterrestre, mais c'est quand même avant tout un film de guerre.
Ma première impression a été de penser que les Américains (oui, je sais, je fais une sacrée généralité...) devaient être frustrés de ne pas avoir vécu sur leur terre une guerre "internationale" moderne. Bien sûr, ils sont allés se battre un peu partout, Europe, Asie, Moyen-Orient, etc. mais pas chez eux...
Là, dans ce film, ça y est, mais c'est contre des extraterrestres qui viennent piquer l'eau de la Terre pour en faire du carburant (pas bêtes ces ET ! :p) ; ça ne serait pas diplomatiquement correct, je pense, de faire un film où une nation réelle viendrait attaquer les USA...

Bref, août 2011, des météorites semblent se rapprocher dangereusement de la Terre ; et ce qui ne devait être qu'un spectacle hallucinant de boules de feu tombant dans les océans se révèle en fait être une attaque en règle, une colonisation de notre planète, et ce, sur tout le globe. Là, nous sommes à Los Angeles et suivons une équipe de Marines.
Le Sergent Nantz, qui vient de demander à partir en retraite parce qu'il se sens vieux, usé, fatigué et surtout qu'il a perdu tous ses hommes lors de sa dernière mission, est remis en service pour l'évacuation de masse de la population.
Il se retrouve sous les ordres d'un jeune lieutenant qui n'a pas encore subit l'épreuve du feu, mais qui semble prêt à contrôler la situation. Nantz est là un peu comme chaperon, mais il a une sale réputation, celle de perdre ses hommes.
La patrouille est chargée d'aller récupérer des civils qui ont lancé un SOS depuis un commissariat, et de les évacuer en moins de 3h, car 3h plus tard il y aura largage de bombe sur la ville pour exterminer l'ennemi.


Film d'action, film de guerre, les extraterrestres sont finalement peu présents, même s'ils attaquent de partout, c'est bel et bien l'histoire de ces Marines qui fait le film.
On y voit la loyauté et la déloyauté, quelques bons sentiments, mais pas trop non plus, de l'abnégation, de la peur et du courage, bref, comme dans un film de guerre.
Je ne comparerai pas à "Independance Day" parce que je ne l'ai pas vu. A la limite on pourrait y voir quelques similitudes avec "District 9", surtout pour les prises de vue. Je veux parler de la caméra portée. Très gênante surtout au début du film, dans les scènes calmes de présentation des personnages, on finit par s'y habituer, surtout que ça colle mieux avec les scènes de combat.

Si on doit le voir, c'est sur grand écran je pense, parce que l'intérêt réside beaucoup dans les scènes d'action et les effets spéciaux des drones et du PC central ET.


8 commentaires:

  1. Ben tiens, encore un que je n'irai pas voir :) Bonne nuit MAD !

    RépondreSupprimer
  2. :D Ça a le mérite d'être clair ! :D

    RépondreSupprimer
  3. arg!!après avoir vu les JT, je n'aurais pas envie de voir ça, en fait !!

    RépondreSupprimer
  4. Oui mais là au moins, c'est de la fiction... :p

    RépondreSupprimer
  5. les voitures n'ont pas l'air perturbées par ce qui se passe au dessus de leurs têtes!!;-)

    RépondreSupprimer
  6. C'est clair que l'affiche est un peu nulle. On dirait plutôt qu'ils partent en vacances :D

    RépondreSupprimer
  7. J'ai trouvé que c'était un très bon film. Pas le chef d'oeuvre attendu, mais une façon originale de traiter la S.F.

    Je trouve très attirant le mélange du film de guerre avec le film d'invasion E.T., car cela fait réflechir sur les guerres contemporaines (ce genre de film est toujours métaphorique).
    En cela, la réalisation est remarquable. Il manque un souffle épique qui emportrait le tout, mais la peur est au rendez-vous, et l'aspect immersif très réussi.

    Ne jamais lacher les marines est un choix: on reste embarqué avec eux comme les naufragés de Lifeboat de Hitchcock. D'où une claustrophobie oppressante malgré le gigantisme des décors.
    Le film fait très clairement référence à "La Chute du Faucon Noir" de Ridley Scott, dans le genre guerrier.
    Et puis en filigranne il y a un côté critique, je trouve: même s'ils sont "exaltés", ces marines ont participé à l'invasion de l'Irak , et maintenant doivent faire face eux-même à une invasion et sont dépassés.

    Bien sur à ce niveau on est loin du propos politique et subversif de "la Guerre des Mondes" de Spielberg, mais le final, ou la victoire reste suspendue à la contre-attaque sans qu'on sache qui va gagner (une concession du film qui aurait du être plus radical), ezt intéressant, et en cela opposé à la grosse daube de propagande U.S. qu'est Armaggedon !

    RépondreSupprimer
  8. Oui, voilà un mot qui correspond bien au film : immersif ! On est totalement en immersion, on accompagne ces soldats tout le long du film.

    RépondreSupprimer