jeudi 10 mai 2012

Scarlet letters

Sherlock Holmes : Une étude en rouge, d'Arthur Conan Doyle, chez Librio ; ce roman est le 1er de Conan Doyle, publié pour la première fois en 1887.
Il est découpé en 3 parties d'une manière assez originale, surtout pour l'époque.
Tout d'abord, Watson raconte brièvement sa jeunesse et comment il en est venu à vivre à Londres, après la guerre en Afghanistan. Puis sa rencontre avec Sherlock Holmes, leur décision de vivre dans les mêmes appartements pour payer un loyer moins excessif, puis la première enquête d'Holmes à laquelle participe Watson : un homme est retrouvé mort, sans trace de blessure, dans une maison abandonnée. Cette première partie s'arrête à la capture du coupable.
La deuxième partie se situe aux USA, entre 32 et 20 ans plus tôt. Et on se doute bien que certains protagonistes, de par leur nom, sont liés à l'affaire qui occupa notre détective et notre médecin nouvellement "associés". Dans cette partie, Watson n'est pas le narrateur, c'est d'ailleurs une histoire qu'il ne connaît pas vraiment :
Un homme et une fillette sont perdus dans le désert. Ils sont sauvés par un immense groupe de gens, des Mormons et doivent se convertir à leur religion. 12 ans passent et lorsque la fillette est devenue femme, et bien qu'elle soit fiancée à un chasseur de la Nevada, les Mormons veulent la faire entrer dans le harem de l'un ou l'autre des Fils d'Anciens...
Je n'en dis pas plus...
La troisième partie, reprise par Watson, est le dénouement de l'histoire, accompagné des explications nécessaires et attendues.


J'aime beaucoup ce Sherlock Holmes que découvre Watson, exubérant, un peu savant fou...
L'histoire enchâssée est bizarrement intriquée dans l'autre, on se demande pourquoi Conan Doyle a fait ce choix, mais pourquoi pas en fait, c'est un peu comme un flash-back.
Dans ce roman, il est question de Poe, ou plutôt de Dupin, que Watson affectionne mais Holmes pas trop (serait-il jaloux :p ?)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire