mardi 22 mars 2011

Du sous-Marc Lévy

Je vous disais que je n'avais jamais lu de livre de Guillaume Musso ; eh bien c'est chose faite, avec La Fille de papier, aux édition XO.
Vu mon titre vous devinerez, à peu près ce que j'en pense...

Y'a de l'idée, une histoire, de l'imagination. C'est même un thème que j'ai commencé à travailler pour un projet de roman de littérature de jeunesse, celui de mélange entre personnages réels et personnages de fiction, un peu aussi comme a pu le faire Jasper Fforde de manière magistrale.
Par contre, au niveau écriture, c'est très, très léger. l'auteur change à son gré et quand ça l'arrange, le point de vue de la narration, tantôt c'est un narrateur externe et omniscient, tantôt c'est le personnage principal qui raconte. C'est un peu perturbant au début.
Est-ce que que la légèreté de l'écriture est due au fait que les personnages principaux sont un auteur à succès qui écrit une saga du genre "Twilight" et un personnage secondaire féminin de cette même saga ? Je ne sais pas, mais ça ne m'a pas trop donné envie de lire d'autres romans de Musso. C'est pas mauvais, c'est juste fade.


L'histoire : Après une déception amoureuse, Tom Boyd, auteur de la célèbre saga de "La Compagnie des Anges" tombe dans les abîmes de la drogue et autres médicaments. Il sombre dans la dépression et n'écrit plus rien alors que sa maison d'édition a signé pour 3 tomes ; il n'en a écrit que 2...

Ses amis d'enfance, Milo (aussi son agent) et Carole, une flic, tentent de l'aider, mais entre temps une jeune femme, Billie, est arrivée une nuit d'orage, nue, dans sa maison de Miami. Elle prétend être tombée du tome 2, à cause d'un défaut d'impression sur 100.000 exemplaires d'une édition spéciale. Après une période de doute, Tom est convaincu.
Quand ses amis débarquent, Billie disparaît. Ils l'emmènent voir sa psy qui veut le faire interner, mais Tom s'échappe et Billie l'attend. Ils foncent au Mexique où se trouve Aurore, la femme qui a mis Tom dans cet état...

On voyage beaucoup, certes (côte ouest, côte est, Paris, Italie, Séoul, Mexique,...), mais ça ne fait pas tout. L'histoire peut faire penser à une histoire de Marc Lévy, mais en encore moins littéraire ou même recherché. Comme l'auteur/personnage principal, on dirait que Musso écrit comme ça lui vient...



18 commentaires:

  1. Mouais... Je préfère un bon thriller pour la plage :D

    RépondreSupprimer
  2. Si tu nous incites à ne pas lire, je ne suis pas pret de fatiguer mes yeux!!^^

    RépondreSupprimer
  3. Qui en lit un n'a pas besoin de lire les autres.

    RépondreSupprimer
  4. Nigloo : ;) Pas avec celui-là en tout cas :D

    Mab : Oui, un ça suffit :D

    RépondreSupprimer
  5. "C'est pas mauvais, c'est juste fade."

    Haha ! Paf ! Dans les dents !

    RépondreSupprimer
  6. Oui j'voudrais pas tromper sur la marchandise :D

    RépondreSupprimer
  7. Jamais lu, pas envie, tentée un Marc Levy, me suis couchée écoeurée comme après avoir mangé un trop gros gateau, trop crémeux...

    RépondreSupprimer
  8. On me l'a prêté alors je l'ai lu :p

    RépondreSupprimer
  9. Ca fait un moment que je voulais réagir, mais pas d' temps !!!
    En fait je trouve le réusmé de l'histoire très prometteur. L'idée de l'intrigue est originale.
    Vraiment dommage que ce soit un flop dans le style, semble-t-il.
    Musso est diversement apprécié de la critique, parfois encensé, souvent insulté.
    Mais sais-tu que Marc Levy aussi ? Il est la proie de Naulleau et Jourde, deux critiques autoproclamés, parfois drôles, mais dont l'un d'entre eux vient de perdre toute crédibilité en se livrant à un pamphlet haineux du livre de Hessel, (Indignez-vous !), Hessel, résistant, déporté, co-rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme...
    Un livre à lire, pour le coup...
    Je voulais dire aussi que même mauvais, Musso ne peut être pire que l'écrivain français le plus édité dans le monde, Michel Houellebecq.

    Tout fout l'camps...

    RépondreSupprimer
  10. P.S.: c'est Pierre Jourde le très gros [censuré].
    Mais vu ses fréquentations, son pote est mal barré, malgré l'assaut des billets bleus dans sa poche.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'ai pas dit que c'était mauvais, comme le souligne Armo... c'est fade c'est tout... Les histoires sont sympa, effectivement, mais le texte n'est pas très travaillé. Je ne demande pas une prose magistrale, juste un peu plus de substance. Je lis en général tous les Lévy (Marc) et c'est vrai que c'est aussi un peu comme ça, mais nettement moins, et quand on voit ce qu'il est capable de faire comme par exemple dans "Le Premier jour" et "La Première nuit", on se dit qu'il a le potentiel. Pour Musso, à lire ce livre là (comme je n'en ai pas lu d'autres) je n'ai pas été enchantée par le style, même si l'histoire est sympa ;)

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai que tu as dit "fade", pas mauvais.
    Mais entendons-nous bien ! Quand je cite Marc Levy, c'est pour souligner la violence des critiques des deux sinistres compères dont je te parle. Il y a un cafouillage sérieux dans la critique littéraire aujourd'hui: eux se veulent des justiciers réparant les égarements des autres, mais ils ont un ego surdimensionné. Au final, ton avis est aussi intéressant que les "pros".
    On a les mêmes problèmes dans la critique de ciné...
    Je vais essayer de me faire prêter un Musso, comme toi ! :-D

    RépondreSupprimer
  13. Ah oui mais si on se met à parler de Zemour (l'autre je ne connais pas :/) y'aurait long à raconter, tant dans le domaine psychologique (il a un gros problème à ce niveau là, un complexe d'infériorité transformé en complexe de supériorité !!!) qu'au niveau culturel. Alors je vais pas m'étendre sur le sujet ;:p

    RépondreSupprimer
  14. T'as raison :-D ! Zemmour est un nostalgique de l'Algérie française, raciste, qui ne croit qu'en lui. L'autre dont je te parlais, Jourde, s'est discrédité.
    Donc Naulleau a de bien mauvaises fréquentations.
    Vite, parlons d'autres choses ! :-D

    P.S.: PTDR: le mot de passe est askfacho !

    RépondreSupprimer
  15. Ah bah, pas bête le générateur de mots de passe :D

    RépondreSupprimer