samedi 19 novembre 2011

Vive Twilight !

Oui !!! Vive Twilight ! Au moins quand cette daube passe au cinéma, on est tranquille dans les autres salles... C'est vrai, je ne devrais pas juger sans avoir vu, mais le 1er volet et la bande-annonce ont largement suffit à me convaincre que c'est de la daube.
Tout cela donc pour vous dire qu'on était bien tranquille tous les deux dans la salle de cinéma, à regarder "L'Ordre et la morale", de Mathieu Kasowitz, avec lui-même, Iabe Lapacas, Daniel Martin, Alexandre Steiger, etc.
Tiré d'une histoire vraie, ou plutôt d'une enquête menée bien après les faits (faits maquillés à l'époque pour cause d'élections présidentielles... tiens, ça me rappelle quelque chose), ce film non seulement tente de remettre certaines pendules à l'heure, mais est aussi une critique du système politique (français, en l’occurrence, mais finalement, tout système politique est plus ou moins pourri, mais je digresse).


Avril 1988, à quelques jour des élections présidentielles Mitterrand/Chirac, une prise d'otage de gendarmes a lieu sur une petite île de la Calédonie, Ouvéa.
Le GIGN est envoyé, avec à sa tête Philippe Legorjus. Arrivés là-bas, ils s'aperçoivent que l'armée est déjà en place, comme si la guerre était déclarée.

Legorjus est là pour négocier, pour ouvrir le dialogue afin que le sang coule le moins possible ; mais il s'aperçoit bien vite que l'armée est là pour se payer une bonne petite guerre dans le Pacifique... Il découvre aussi qu'au-dessus des militaires, les politiques utilisent cette situation de crise pour promouvoir leur campagne présidentielle. L'issue semble être jouée d'avance.
Les Kanaks veulent leur indépendance pour respecter et en respectant leurs coutumes, les militaires veulent du sang, les politiques, de la pub.
Pris entre deux feux, Legorjus se sent inutile, voire pire, mais assume ses responsabilités.

Difficile de résumer ce film. En 1988, je n'avais même pas 12 ans. J'ai de vagues souvenirs qu'on parlait effectivement des otages au Liban, évènement qui a occulté celui-ci, par voie de média et de politique.
Avec ce film on apprend, réalise ou se souvient plusieurs choses :
Les politiques font tout pour leur pouvoir, bandes d'égoïstes ; les Hommes, quels qu'ils soient, civils, militaires, sont pris pour de la chair à canon, de la chair à urnes, peu importe si des otages sont tués, si ça rapporte des voix ou du nickel ?! Et ce n'est pas qu'en France, non, souvenez-vous ces employés du WTC un certain 11 septembre... Souvenez-vous de tout ce qu'il se passe quelques temps avant des élections présidentielles...

Et je vais m'arrêter là parce que ce n'est pas le lieu...
Bref, un film marquant et éclairant. Sincère aussi parce que joué avec des gens de là-bas, et d'anciens militaires qui ont participé à ces évènements.

8 commentaires:

  1. Je me souviens de cette triste affaire, et la façon dont elle a été relayée par les médias, dans une grande confusion. Ce fut un immense scandale politique, mais surtout un drame humain insoutenable.
    Je ne suis pas d'accord avec le "tous pourris" chez les politiques dont tu sembles parler, à moins que je ne te comprenne mal (je suis assez étonné de ces propos).
    Je connais des courants politiques qui se sont battus pour que la lumière soit faite sur ces évènements, justement au nom de la justice, et de la transparence démocratique.

    On a vu comment nicolas a fait campagne sur la peur et le racisme pour gagner, et comment aujourd'hui il instrumentalise encore la peur de la crise, et il n'est pas le seul.

    Il y a en lice des courants qui ont une toute autre vision des choses et je les cotoie assez pour assurer (et m'assurer de) leur honnêteté. Ne mettons pas tout le monde dans le même sac, ce serait donner des voix aux pires. ;-)

    Ce film montre avec courage que des évènements récents historiquement parlant, peuvent être traités au cinéma.

    N'oublions pasz, par exemple, que le massacre des algériens du FLN qui ont manifesté pacifiquement le 17 octobre 1961, n'a été traité que récemment.
    La seine rouge de sang, des caves transformées en lieux de tortures, des rassemblements dans des stades, des centaines de victimes, et tout cela sous les ordres du préfet de police Papon, celui-là même qui avait organisé des convois de juifs pendant la seconde guerre mondiale.

    Peu de films de fictions, et récents:

    2005 : Nuit noire, 17 octobre 1961
    2010 : Hors la loi

    En 1985, il y eut le courageux "1985 : Meurtres pour mémoire" de Laurent Heynemann.
    Je rends hommage à Alain Tasma, Rachid Bouchareb, Mathieu Kasowitz, de parler de ces évènements historiques, où repressions, racisme et colonialisme se confondent dans l'inhumain.

    De la part d'un réalisateur dont le scénario sur la torture en Algérie et ses conséquences contemporaines s'est fait snobé, et qui a grave les glandes...

    RépondreSupprimer
  2. pour être tranquille dans les salles,y aller le dimanche soir à 18h!! (enfin, chez nous!!)

    RépondreSupprimer
  3. une salle de cinéma tranquille c'est rare ....
    entre les gsm qui sonnent les chips grignotés avec bruits ...et c'est cher alors je regarde à la maison ... depuis avril j'ai un nouvel ordi , un fixe et non plus un portable avec un écran 27 pouces et un super son alors je fais mon cinéma toute seule ....
    j'ai pas vu ce film ....
    bisous et bon dimanche
    hier j'ai regardé le film avec statahm killer elite et Clive Owen ...moustachu! il perd son charme je trouve :)))

    RépondreSupprimer
  4. Erick : je n'ai pas écrit "tous pourris" mais "tout système politique est plus ou moins pourri"... ce qui est différent. Il n'y a pas, à ma connaissance (et elle est bien pauvre, c'est vrai) de système politique totalement transparent, sincère et juste. Je suis sûre que même en Suède y'a des magouilles, c'est dire :D
    Le système qui fait que lorsqu'on est au pouvoir, on a tellement d'avantages qu'on veut y rester, tellement de pouvoir que ça en fait tourner la tête ; un système qui fait que quelqu'un de droit et juste n'en voudrait pas et voudrait tout changer...

    Mab : Escatement !

    Nigloo : Oui mais mon homme travaille souvent le dimanche, à 18h, c'est une des heures les plus chargées de sa semaine.

    RépondreSupprimer
  5. Ouhla : Mab : Exactement (j'vais me recoucher, moi :p)

    Linda : Ah oui Killer je sais plus quoi, on a failli aller le voir je crois.

    RépondreSupprimer
  6. killer elite ... c'est de l'action ... sinon au niveau de l'histoire rien d'original ...
    bisous

    RépondreSupprimer