jeudi 22 décembre 2011

Leo téléphone maison

Leo Davidson est un scientifique astronaute, capitaine à l'US Air Force ; en 2029, il est sur une station orbital nommée Oberon et forme des singes plutôt intelligents à la navigation de petites navettes spatiales.
Lorsqu'une tempête électromagnétique détraque les instruments de bord, son supérieur lui donne l'ordre d'envoyer son chimpanzé, Périclès, en éclaireur dans la zone de turbulence. A contre-cœur Leo obéit, mais très vite, la communication avec Périclès est interrompue. En toute désobéissance, Leo prend à son tour une navette pour tenter de retrouver son singe.
Il voit sa capsule disparaître, pus lui aussi disparaît dans un champ de force électromagnétique. Il atterrit en catastrophe dans un marais au milieu d'une forêt d'apparence tropical.
A peine sorti de l'eau, une foule d'humains en fuite fond sur lui, il court avec eux et bien vite, ils se font tous capturer par de grands singes...
En effet, sur cette planète (la Terre du futur ??) les singes dominent et les humains sont des esclaves.
Ari, une jeune singe au père sénateur, a pourtant un avis différent sur les humains. Elle les a étudié et pense qu'ils pourraient être les égaux des singes.
Leo se sert d'elle pour s'enfuir et tenter de retrouver sa station, qu'il a détectée avec un émetteur-récepteur...


"La Planète des singes" (de 2001), de Tim Burton, avec Mark Wahlberg, Helena Bonham Carter, Tim Roth, Estella Warren, Michael Clarke Duncan, Paul Giamatti, Cary-Hiroyuki Tagawa, etc. est--apparemment, car je n'ai pas encore vu le film de 1968, ni lu le livre de Pierre Boulle--une réinterprétation du concept original. En effet, dans ce film, rien n'indique que c'est sur la Terre que Leo a atterri (à part peut-être la fin, mais on peut toujours trouver une autre interprétation) : pas de Statue de la Liberté, pas de vestiges terrestres.
L'apparition des "singes dominants" sur cette planète n'est pas due à l'évolution et à l'auto-destruction humaine, mais à bien autre chose (dont je ne parlerai pas au cas où vous n'ayez pas encore vu le film, même s'il a 10 ans).
A part cela, beaucoup d'inégalités, autant pour ce qui est du maquillage (certains sont très bien faits et d'autres beaucoup moins), que de l'intrigue, des cascades, etc. sans parler des décors vraiment trop carton-pâte...

La fin, elle, fait penser à un épisode de la Quatrième dimension ;)


8 commentaires:

  1. En tant que fan de Tim Burton, j'ai vraiment été déçu par le film, la magie n'a pas opéré,on n'entre absolument pas dans l’univers du réalisateur, et puis la fin et bizarroïde car il y a eu des fuite de scénario, donc elle a du être remanier plusieurs fois.
    Dans la première version, si les singe évoluent, les hommes eux, régressent, et il perdent la faculté de parler, ils sont donc redevenus de vulgaires animaux, et c'est par curiosité scientifique qu'on s’intéresse au perso principal car il est évolué, plutôt que par attirence et amour comme dans le film de Burton.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'on ne ressent pas du tout l'univers burtonien, mais ça peut aussi vouloir dire qu'il sait faire autre chose que du lui-même. Je pense effectivement que ce n'est pas forcément un film pour les fans de Burton, dans ce sens là ;)

    RépondreSupprimer
  3. coucou la robe je préfère celle juste avant la noire que tu aimes ....
    mais j'ai pas les prix :))
    pour la planète des singes moi j'ai vu tout les anciens faut que je vois tout les nouveaux ... comme d'autres films ils prennent du vieux pour faire du neuf ...en panne d'idée pour les films?
    là je regarde un film "aberration" avec les bestioles "repties" .... dans des montagnes enneigées ... je sais pas de quand date le film ....

    RépondreSupprimer
  4. J'aimais bien celle-là aussi comme robe ;)

    Des films, on en a une petite réserve aussi. 'Faut que je voie les Die Hard :p

    RépondreSupprimer
  5. Je reste sur mes impressions de la première version Hestonienne

    RépondreSupprimer
  6. 'Faudra que je réussisse à le voir un jour...

    RépondreSupprimer
  7. Ce film est une vaste blague.
    Pour avoir vu les deux versions : Charlton Heston et celle de Burton mon point de vue était clair. Dans la première version on ne peut s'empêcher de déclarer Ouiiii... mais bien sûr !!! Le gars était sur Terre depuis le début!! Voir ce film c'est comme de lire un Georges Orwell ou peut être bien un HG Wells. Tous ces auteurs aux écrits "anticipatoires" qui pointent du doigt le fait que nous humains avons besoin d'être rééduqués et que nous engendrons chaque jour notre perte de demain.
    La version de Burton est un bon divertissement, mais lorsque la scène finale arrive on se dit heiiiiiiinn, attend comment en est-on arrivé là ?? Tu as raison c'est la quatrième dimension.
    Quel est le message sous-jacent dans tout ça? En gros on garde juste le concept du singe qui domine la Terre et non tout le précepte philosophique, accusateur (la création de la bombe atomique)et d'anticipation qui faisait la saveur j'imagine de l'ouvrage d'origine. Bien mal lui en a pris :-(

    RépondreSupprimer
  8. Il a dû vouloir se démarquer, mais comme dit Mr Goliadkine, le scénario a dû être refait à la va-vite, d'où, je pense aussi, cette divergence ;)

    RépondreSupprimer