mercredi 23 février 2011

Day 15 : faux départ

Mercredi 26 janvier.
Neige !

La neige s'est remise à tomber ce jour-là et de plus en plus fort.



Notre projet d'aller voir la Grande Dame est donc tombé à nouveau à l'eau. Comme il neigeait de plus en plus, nous avons décidé d'aller au plus tôt à l'aéroport :


Nous arrivons Chez Hertz pour y déposer la voiture. Tout se passe aussi facilement qu'à l'arrivée. On laisse la voiture avec les clés dessus, on note le jour et l'heure, le nombre de miles au compteur et si on a fait le plein (qu'on venait de faire en quittant l'hôtel).
On va au guichet et une dame nous donne la facture, ainsi que le montant de la caution reversée directement sur le compte.

Puis on prend la navette (air train) qui nous emmène au terminal C de l'aéroport de Newark Liberty.
Comme notre vol était prévu vers 20h45 et qu'il n'était que midi environ, nous avons attendu dans le hall un bon moment : on ne pouvait bien sûr pas s'enregistrer tout de suite.
Alors on a mangé une salade qu'il nous restait de la veille (parce qu'à part des guichets d'enregistrement et un vendeur de magazines et de barres chocolatées, il n'y avait rien d'autre dans ce hall)
Et on a attendu, lu, regardé (surtout les gens et les pigeons), de temps en temps on se promenait, surtout pour voir si notre vol était annoncé... Et on regardait la neige qui n'en finissait pas de tomber.
Bref, on s'est occupé comme on pouvait...





(Imitation du pigeon par mon homme !)
Quand enfin notre vol fut affiché sur les écrans, on s'est vite dirigé  au guichet d'enregistrement correspondant (même si ce n'était pas super bien indiqué, en 5 ou 6 heures d'attente, on a eu le temps de trouver ;))
La dame du guichet était fort sympathique et elle nous a donné quasi 3 places en nous disant qu'il y aurait un siège libre entre nous deux ("Super, on va pouvoir un peu s'allonger !", s'est-on dit).

Arrivés à notre Terminal, on file aux toilettes, puis manger un peu (pas trop parce qu'on devait avoir un repas dans l'avion). Là, hop, panne de courant dans le terminal C... Super, c'est rassurant ! D







C'était toutefois assez drôle, les gens prenaient des photos (nous aussi d'ailleurs), les petites voiturettes avaient leurs phares allumés (certains demandaient aux conducteurs de s'arrêter pour pouvoir utiliser leur lumière à la place du flash) ; c'était assez bon-enfant :)
Quelques lumières de secours étaient tout de même allumées.
Nous sommes allés à notre porte d'embarquement et avons attendu encore : le vol était reporté de 3/4 d'heure.
La neige tombait toujours...


La lumière s'est ensuite rallumée.
A un moment donné, les personnes qui étaient dans l'avion encore à notre quai d'embarquement sont ressorties... Et là on a commencé à se poser des questions. Surtout qu'en jetant des coups d'œil toute la journée aux écrans, on a vu que beaucoup d'avions avaient un immense retard...
C'est là que l'attente, la vraie, a commencé...
On nous a dit de changer de porte d'embarquement (enfin, on l'a vu sur les écrans avant que ce soit dit au haut-parleur). Nouvelle porte à l'autre bout du terminal, bien sûr, sinon, ce n'est pas drôle...
On y va. De temps en temps, avant qu'elles ne ferment, je vais dans les librairies, flâner un peu...
On mange aussi, pour de bon cette fois.
Et puis, comme d'hab', on s'occupe : révisions pour mon homme, lecture pour moi.


A force de repousser l'heure de départ, un peu avant minuit, il a été déclaré que l'aéroport était déclaré fermé : plus de vol jusqu'au lendemain midi... On nous a dit aussi de quitter la porte d'embarquement. Mais notre vol n'était toujours pas annulé... Donc, nous sommes allés sur un banc pour tenter d'y passer la nuit...

11 commentaires:

  1. hooo quel horreur! alors déja moi j'ai un jour un vol pour l'Egypte avec 5h de retard et j'en devenais dingue d'attendre méme avec un livre alors j'imagine pas étre a ta place , car je ne peux pas broder en avion je peux pas avoir mon aiguille en cabine! elle est donc en soute ...
    la dernière fois a Caracas mon ami Carlos m'a aussi déposé tot mais j'ai fini par discuter avec un mec du personnel de l'aéroport qui voulait venir en Europe voir Paris et Rome et j'avais grignoté des chips ...
    comme la sécurité est militaire que se soit au Venezuela ou en Egypte on peut pas prendre de photo une fois passé le cheking bagage ...
    j'aime pas attendre lolll méme quand il ya des magasins ....

    RépondreSupprimer
  2. Bon on a beau relativiser, devenir plus sage qu'un philosophe, attendre ainsi n'est pas une sinécure...

    RépondreSupprimer
  3. Linda et Le Chant : j'avoue que nous étions passablement énervés, fatigués et furax :p

    RépondreSupprimer
  4. Très bonne imitation de ton homme :-D !

    Ca devait glacer l'échine, dans tous les sens du terme.
    Ce devait être les glandes de repartir (en France) !
    Et ça a du être les glandes de ne pas pouvoir partir.

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est surtout cette attente qui semblait interminable (on n'avait aucune heure sûre de départ) et l'incompétence de la compagnie dans ce domaine (gestion des passagers et des avions...) qui nous a bien énervés...

    RépondreSupprimer
  6. Pénible cette attente mais c'est souvent le prix à payer dans les voyages.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, mais 31 heures d'aéroport, ça met les nerfs à vif :p

    RépondreSupprimer
  8. quelle horreur une journée et demi de prison, en fait !

    RépondreSupprimer
  9. ARf mince, c'est dommage que ça se soit terminé avec une galère pareille !!! Je sais à quel point on s'ennuie vite dans un aéroport...

    RépondreSupprimer
  10. Oui surtout que j'avais terminé tous les livres que j'avais emmenés et que dans les librairies de l'aéroport, rien ne m'a plu :(
    Mais bon, ça fait des souvenirs en plus :p

    RépondreSupprimer